dérangement de la faune

La problématique du dérangement de la faune par les activités humaines, de quelque nature que ce soit, est beaucoup plus importante que ce qui est généralement admis. La recherche a beaucoup évolué ces dernières années et une prise de conscience est en train de profondément changer le regard que l’on avait sur cette question. La peur de la prédation à l’origine du dérangement constitue un puissant facteur d’organisation spatio-temporel des communautés animales (et par ricochet végétales). Au-delà des questionnements scientifiques, cela appelle surtout à une relecture, voire une révision, des pratiques de la part des acteurs agissant « dans » ou « pour » la nature. Non seulement sur les aspects concrets et pratiques, mais également sur l’approche éthique nécessaire à la résolution des situations conflictuelles.

Les travaux sur le sujet sont de plus en plus nombreux, et le sujet tends à s’élargir, à se ramifier et à rejoindre d’autres problématiques « à la mode » ou émergentes (du moins en France) : étalement urbain et fragmentation des habitats par l’urbanisation, degrés de « naturalité » des espaces protégés…

Un aperçu de ces questions est donné dans le rapport que j’ai rédigé à la demande d’une association de protection de la nature (la Frapna Isère) et que vous pouvez télécharger : ztf_final.

La bibliographie de ce rapport est également mise à disposition sur ma page Zotero dédiée sur la biodiversité et le dérangement anthropique. Pour la majorité des références des liens vers les articles téléchargeables sont donnés.

A suivre, car en construction permanente…
Merci pour votre compréhension.